Dossier BMA : focus sur le travail de Marie de Scorraille

« Parmi tous les instruments, qui ont la commodité de pouvoir être emportés partout avec soi, et qui ont le double avantage de permettre l’exécution de pièces de musique mais aussi d’accompagner le chant, le luth occupe sans conteste le premier rang. […] Pour le remplacer, il manquait un outil sonore, qui conserve les bonnes qualités du luth, mais qui soit libéré de ses défauts […] A cause de sa forme, qui a quelque ressemblance avec la lyre d’Orphée, mais surtout à cause de ses cordes qui vibrent librement à vide (à jour), elle porte le nom d’Orphica. » Carl Leopold Röllig

 

Carl Leopold Röllig est un compositeur allemand né à Hambourg entre 1735 et 1745, et mort le 4 mars 1804 à Vienne. Joueur d’harmonica de verre, il est l’inventeur de l’Orphica, un instrument issu du prolongement de la période baroque. Se rapprochant de la lyre du personnage mythologique Orphée, l’Orphica est à mi-chemin entre la guitare et le pianoforte.

 

Inspirée par cet instrument ancien hors du commun, Marie, dans le cadre de son projet BMA Piano, a souhaité développer une réflexion autour de l’Orphica et de la possibilité de la revisiter tout en la modernisant. Plans, étapes de fabrication, faisabilité du projet, maquettage, coûts et délais de réalisation ont rythmé son dossier et ses recherches. Son souhait serait de prolonger ce travail en réalisant un fac similé* de la seule Orphica de Röllig aujourd’hui conservée en France à la Cité de la Musique de Paris.

 

Au travers de son dossier, elle a étudié l’importance de cet instrument ancien, sa place dans l’histoire de la musique et de la facture instrumentale, mais elle a aussi fait un état des lieux de la place qu’elle occupe dans le monde et ses multiples évolutions. Portée par son projet professionnel, elle a également pu recenser les composants de l’Orphica et leur quantité approximative, grâce au Fascicule de Röllig, publié par l’inventeur en 1795 pour faire connaître son œuvre au grand public. Ses analyses et connaissances acquises tout au long de son parcours lui permettront de réaliser son orphica tout en étant fidèle à l’originale.

 

L’ITEMM adresse ses félicitations à Marie pour l’obtention de son BMA, et lui souhaite que ce projet prometteur voie le jour.

 

Glossaire :

* Fac similé : un fac similé est une reproduction d’une œuvre d’art ancienne, à valeur historique. Cette reproduction conserve cependant l’aspect graphique ainsi que les matériaux utilisés à l’époque

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Plus à découvrir