Centre international de formation, Pôle d’innovation, centre documentaire et technique, l’ITEMM est dédié aux métiers d’art de la facture instrumentale, au métier de la régie son spectacle et du commerce spécialisé.

L’ITEMM est né d’une volonté du parlement européen de 1988 qui appelait à la création d’un « centre européen de la facture instrumentale ». Inauguré en 1994, l’Institut technologique européen des métiers de la musique est aujourd’hui la seule structure au monde de ce type. Véritable centre de ressources des métiers techniques de la musique, l’Institut dispose d’une offre de formations complète, agit pour la promotion et le développement de la filière et accompagne les entreprises.

L’ ITEMM est l’une des rares écoles existantes pour la facture instrumentale proposant des formations autour de l’accord, de la réparation et de la fabrication des instruments à vent, guitares, accordéons et pianos, mais aussi sur les métiers du commerce des produits musicaux et ceux du son et du spectacle.

Labellisé Pôle national d’innovation des métiers de la musique, l’Institut propose un soutien technologique et économique aux entreprises et travaille à la valorisation et à la reconnaissance du secteur à l’échelon français et international

Avant que la création de l’ITEMM, plusieurs projets autour de la formation aux métiers techniques de la musique sont menés au Mans. Les premières actions de formation remontent au début des années 70. En 1978, le Centre national de promotion des métiers de la musique (Cnpmm) est créé à l’initiative de  l’Association française des accordeurs et réparateurs de pianos (AFARP). Devenue l’association Europiano France. Le Cnpmm a pour but de former les futur.e.s professionnel.le.s de la filière.

Mise en place autour du piano, la formation s’étend progressivement à d’autres familles instrumentales : les instruments à vent, la guitare, l’accordéon, le commerce des instruments puis à des secteurs connexes comme la régie du son. L’école grandit, le nombre d’élèves augmente, les diplômes s’organisent.

En 1981, le Centre national de formation d’apprentis des métiers de la musique est créé.

Le concept évolue en 1987 vers une nouvelle structure, l’École nationale des métiers de la musique (Enamm), associant des représentants des associations professionnelles. Ces associations sont aujourd’hui représentées dans l’ensemble des instances qui dirigent l’institut, Conseil d’administration, Conseil de perfectionnement, Conseil d’orientation scientifique et technique, ou collaborent étroitement à des projets spécifiques.

En 1988, le Parlement européen constate que la facture instrumentale constitue l’un des fondements de l’identité culturelle du vieux continent. A l’exemple d’autres secteurs d’activités des métiers d’art, la perte de ces savoir-faire rares est une menace réelle. Aussi, face à la mondialisation, la préservation de ces entreprises, issues d’un héritage commun et dotées d’une capacité d’innovation importante est une nécessité. Le Parlement européen appelle alors de ses vœux la création d’un « centre européen de la facture instrumentale qui forme des facteurs, des accordeurs et des réparateurs d’instruments, procède à l’archivage de la documentation à ce sujet et explore les voies de l’innovation en fonction de l’évolution moderne de la musique et de la technologie » (extrait de la résolution du Parlement européen du 10 février 1988).

Cette décision marque officiellement l’acte de naissance de l’Institut technologique européen des métiers de la musique. L’appel à candidature, lancé à l’échelle communautaire retient alors le projet du Mans, mettant en avant le travail effectué depuis près de 20 ans. En 1992, l’ITEMM est inauguré et depuis ne cesse d’innover et d’évoluer.

Depuis sa création, l’ITEMM repose sur des missions précises au service de la filière instrumentale.

Transmission des savoir-faire

L’ITEMM a mis au point un cycle de formation complet dédié aux métiers techniques de la musique allant du C.A.P. à la Licence Professionnelle (en collaboration avec Le Mans Université) en passant par le Brevet des Métiers d’Art (B.M.A. diplôme de niveau baccalauréat). L’institut organise des stages de formation professionnelle continue pour tous les artisans afin de les accompagner tout au long de leur carrière. Ouvert sur tous les secteurs professionnels, l’ITEMM a également développé une offre de stages à destination des musiciens, des magasins de musique, des écoles de musiques et des conservatoires.

Accompagnement des entreprises

Labellisé Pôle National d’Innovation des Métiers de la Musique, l’ITEMM a une fonction de bureau d’études mutualisé pour la profession et mène des projets de recherche et développement. Il participe également à la création d’opérations de promotion du secteur et de reconnaissance des entreprises artisanales.

Centre de documentation spécialisé pour la filière

Chargé de garder la mémoire de la filière instrumentale, l’Institut collecte les ouvrages de référence et aide à la diffusion et la vulgarisation de l’information technique. Cette action se traduit aussi par la publication de la revue  Musique & Technique et s’associe à la rédaction d’ouvrages techniques.

Action internationale

Établissement original en France et en Europe, le rayonnement international de l’ITEMM est le reflet du secteur et poursuit son développement. Ce rayonnement se traduit par l’accueil d’étudiants internationaux, de missions d’expertises et de formation dans des pays tiers, de voyages d’études et d’échanges d’apprentis ainsi qu’un effort particulier à la mise en place de diplômes internationaux.

L’ITEMM a pour ambition d’accompagner et de former les professionnel.le.s des métiers techniques de la musique. Institut est porteur de valeurs fortes, communes à ses parties prenantes et transmises aux apprenants tout au long de leurs carrières. Passion, exigence et créativité sont le quotidien des professionnel.le.s de la musique et de leurs partenaires.

Passion

La musique est une affaire de passionné.e.s. Ces métiers ne peuvent s’exercer sans s’engager fortement. La passion inspire et anime les professionnel.le.s de la musique. Cette passion, ils et elles la transmettent par leurs gestes.

Exigence

Dans tout métier, l’exigence veille à la concrétisation et à l’excellence des productions. Régisseurs/euses son, luthiers, réparateurs/trices et facteurs d’instruments, commerciaux, administrateurs/trices, formateurs/trices, chercheurs/euses, toutes et tous ont en commun d’exiger le meilleur d’eux-mêmes et d’elles-mêmes au service de la musique et de ses acteurs et actrices.

Créativité

La créativité est à l’origine de l’innovation qui permet à tout professionnel.le. de forger leur avenir et de proposer le meilleur d’eux même à leurs partenaires. C’est une valeur essentielle que l’ITEMM stimule, tant pour les employé.e.s que pour les professionnel.le.s en formation.

L’ITEMM est une association loi 1901 à but non-lucratif qui intègre en son sein organismes professionnels, État et collectivités locales et territoriales.

L’ITEMM est notamment une école habilitée à préparer à des diplômes de l’Education nationale. Cette délégation va jusqu’à l’accueil des épreuves nationales, l’Institut ayant également le statut de Centre National d’Examens. L’établissement assure ainsi une mission de service public.

L’ITEMM met en place un éventail de formations spécifiques et ciblées par secteurs répartis sur l’ensemble du territoire. Compte tenu des formations proposées et des publics concernés, l’Institut est constitué de trois structures pédagogiques à recrutement national et international :

  • Centre de Formation d’Apprentis (C.F.A.) 
  • Centre de Formation Professionnelle Continue (C.F.P.C.) 
  • École Technique Privée (E.T.P.) 

Cette organisation lui permet d’accueillir des apprenti.e.s, des adultes en reconversion professionnelle, des stagiaires en formation professionnelle continue, des jeunes en poursuite d’études et des étudiant.e.s étranger.e.s.

L’ITEMM bénéficie également du label de Pôle National d’Innovation de l’Artisanant. Centre de ressources pour l’artisanat et la petite entreprise, le Pôle d’Innovation appartient au réseau mis en place par le ministère en charge de l’artisanat.