Projet SySIMPA : première analyse d’un instrument

Pont d’avancement mars-avril 2020.

Un premier instrument a été numérisé et étudié. Il s’agit d’une trompette de parade de 1858, de référence E.1362. Celle-ci est consultable en ligne à ce lien.

Photographie de la Trompette de Parade E1362 conservée à la Cité de la Musique. L’instrument a été construit par les ateliers Bessons en 1858.

La trompette a été scannée en trois parties par le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF) avec un tomodensitomètre.

Deux images extraites de la tomographie par rayons X de la Trompette de Parade E1362. (a) Coupe longitudinale au niveau du pavillon. (b) Coupe transversale au milieu de l’instrument © c2rmf, E.Lambert.
Reconstitution tomographique en 3D de la trompette de parade © c2rmf, E.Lambert.

Le C2RMF a envoyé les données à l’INRIA.  À partir des données tomographiques, la perce (le rayon intérieur du tuyau) est extraite grâce à des algorithmes de traitement d’images. En général, la perce évolue tout au long de l’instrument, et sa mesure précise est critique pour une restitution réaliste du son produit.


Sur cette image, l’algorithme estime la position du centre du tuyau (la fibre neutre), et peut calculer le rayon associé en chaque point.
Graphique montrant la mesure de la perce le long de la trompette de parade, depuis l’embouchure jusqu’au pavillon.
Premiers résultats issus des calculs sur la trompette de parade. (haut) Module de l’impédance acoustique d’entrée calculée par le logiciel OpenWind (courbe bleue) et mesurée expérimentalement (courbe rouge). (bas) Phase de l’impédance. Les différences observées entre les simulations numériques et les mesures proviennent des incertitudes sur l’embouchure, dont la géométrie n’a pas encore bien pu être extraite.

Ce protocole non destructif a donc permis d’identifier  les caractéristiques de la perce et ainsi synthétiser l’impédance du conduit acoustique, soit une partie de ses caractéristiques sonores.